đŸ‡«đŸ‡·đŸŽ–ïžđŸ—“ïž COMMEMORATION DE LA VICTOIRE DU 8 MAI 1945

En cette période particuliÚre de confinement, les cérémonies de commémoration du 8 mai 1945 se sont déroulées à Villefrancoeur dans des circonstances adaptées.

Les porte-drapeaux volontaires, ainsi qu’une partie du conseil municipal ont procĂ©dĂ© Ă  une cĂ©rĂ©monie simple sous le soleil.

Discours :

Ce 8 mai ne ressemble pas Ă  un 8 mai. Il n’a pas le goĂ»t d’un jour de fĂȘte. 

Aujourd’hui, nous ne pouvons pas nous rassembler en nombre devant les monuments de nos villes, sur les places de nos villages, pour nous souvenir ensemble de notre histoire.

MalgrĂ© tout, la Nation se retrouve par la pensĂ©e et les mille liens que notre mĂ©moire commune tisse entre chacun de nous, cette Ă©toffe des peuples, que nous agitons en ce jour dans un hommage silencieux. 

C’est dans l’intimitĂ© de nos foyers, en pavoisant nos balcons et nos fenĂȘtres, que nous convoquons cette annĂ©e le souvenir glorieux de ceux qui ont risquĂ© leur vie pour vaincre le flĂ©au du nazisme et reconquĂ©rir notre libertĂ©.  
C’était il y a 75 ans. 
Notre continent refermait grĂące Ă  eux le chapitre le plus sombre de son histoire : cinq annĂ©es d’horreur, de douleur, de terreur. 

Pour notre pays, ce combat avait commencé dÚs septembre 1939.
Au printemps 1940, il y a 80 ans, la vague ennemie avait dĂ©ferlĂ© sur les frontiĂšres du Nord-Est et la digue de notre armĂ©e n’avait pas tenue. 
Nos soldats pourtant s’étaient illustrĂ©s Ă  de nombreuses reprises. Ceux de Montcornet, d’Abbeville, de Gembloux ou de Stone, les hommes de Narvik, les cadets de Saumur, l’armĂ©e des Alpes avaient dĂ©fendu avec vigueur notre territoire et les couleurs de notre pays. 
Ils sont « ceux de 40 ». Leur courage ne doit pas ĂȘtre oubliĂ©. 
Dans le crĂ©puscule de cette « Ă©trange dĂ©faite », ils allumĂšrent des flambeaux. Leur Ă©clat Ă©tait un acte de foi et, au cƓur de l’effondrement, il laissait poindre la promesse du 8 mai 1945. 

Cette aube nouvelle fut ensuite conquise de haute lutte par le combat des armĂ©es françaises et des armĂ©es alliĂ©es, par les Français Libres qui jamais ne renoncĂšrent Ă  se battre, par le dĂ©vouement et le sacrifice des RĂ©sistants de l’IntĂ©rieur, par chaque Française, chaque Français qui refusa l’abaissement de notre nation et le dĂ©voiement de nos idĂ©aux. 
La grande alliance de ces courages permit au GĂ©nĂ©ral DE GAULLE d’asseoir la France Ă  la table des vainqueurs.
La dignitĂ© maintenue, l’adversitĂ© surmontĂ©e, la libertĂ© reconquise, le bonheur retrouvĂ© : nous les devons Ă  tous ces combattants, Ă  tous ces RĂ©sistants. 
A ces héros, la Nation exprime son indéfectible gratitude et sa reconnaissance éternelle.

Le 8 mai 1945, c’est une joie bouleversĂ©e qui s’empara des peuples. Les drapeaux ornaient les fenĂȘtres mais tant d’hommes Ă©taient morts, tant de vies Ă©taient brisĂ©es, tant de villes Ă©taient ruinĂ©es. A la liesse succĂ©da la tristesse et la dĂ©solation. Avec le retour des DĂ©portĂ©s, les peuples dĂ©couvrirent bientĂŽt la barbarie nazie dans toute son horreur
 Rien, plus jamais, ne fut comme avant.

La fragilitĂ© rĂ©vĂ©lĂ©e de nos vies et de nos civilisations nous les rendit plus prĂ©cieuses encore. Au bout de cette longue nuit qu’avait traversĂ©e le monde, il fallait que l’humanitĂ© relevĂąt la tĂȘte. Elle venait de dĂ©couvrir horrifiĂ©e qu’elle pouvait s’anĂ©antir elle-mĂȘme et il lui fallait dĂ©sormais refaire le monde, de fond en comble, ou Ă  tout le moins « empĂȘcher que le monde ne se dĂ©fasse », selon le mot de Camus. 
Ce fut l’heure, en France, de l’union nationale pour fonder « les beaux jours » annoncĂ©s par le Conseil National de la RĂ©sistance et bientĂŽt retrouvĂ©s. 

L’heure, en Europe, de l’effort commun pour bĂątir un continent pacifiĂ© et fraternel. 

L’heure, dans le monde, de construire les Nations unies et le multilatĂ©ralisme.  

Aujourd’hui, nous commĂ©morons la Victoire de ce 8 mai 1945, bien sĂ»r, mais aussi, mais surtout, la paix qui l’a suivie. 
C’est elle, la plus grande Victoire du 8 mai. Notre plus beau triomphe. 
Notre combat Ă  tous, 75 ans plus tard.

Vive la RĂ©publique !
Vive la France !

Emmanuel Macron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *